IMG_4806

Vos enfants sont les personnes qui vous aime le plus au monde ! Et c’est parce qu’ils nous aiment tellement qu’ils ont tant besoin de nous.

Nous sommes les exemples de nos enfants. Ils sont des imitateurs nés : les défauts de mes enfants, sont mes défauts. Si je veux qu’ils les corrigent, je dois d’abord les corriger moi-même.

Notre rôle de parent est que nos enfants aient confiance en eux au point de pouvoir apprendre tout ce qu’ils désirent apprendre.

IMG_4816 IMG_4813 IMG_4812 IMG_4810 IMG_4809 IMG_4808 IMG_4804 IMG_4807 IMG_4805 IMG_4819

Vis ta vie et partage ce que tu aimes et ce que tu es avec ton enfant, comme tu le ferais avec un invité.

Toute personne ne peut faire qu’une seule chose à la fois (même nous les femmes, c’est scientifiquement prouvé !) : si notre enfant est concentré sur le fait de s’habiller, il ne pourra pas nous écouter en même temps.

Personne n’aime qu’on lui donne un ordre : je ne dis plus « range ta chambre ! » mais « on range quand on a fini de jouer » (ça entraine pas spécialement plus de réaction, mais ça améliore notre façon de nous parler : plus de respect).

Le stress est une réaction d’adaptation physique (adrénaline, cortisol, accélération cardiaque, mobilisation musculaire) que le cerveau de nos enfants n’ont pas la capacité de réguler. Et l’ocytocine, hormone de l’amour, permet de calmer ce stress : toucher, regarder avec tendresse, communiquer chaleureusement, câliner.

L’amour n’est pas une récompense : manifester notre amour à nos enfants permet de multiplier les récepteurs d’ocytocine dans le cerveau préfrontal de l’enfant, la partie qui gère l’empathie, la responsabilité, la maitrise de soi, la régulation émotionnelle, l’anticipation.

Apprendre c’est naturel : par le simple fait de vivre, l’enfant absorbe le monde qui l’entoure.

Les garçons et les filles sont des êtres complémentaires (et non pas des sexes opposés).

Le cerveau se développe là où nous l’utilisons avec enthousiasme et l’enfant entre dans une tempête d’enthousiasme toutes les 2-3 minutes (tandis que les adultes : 2 à 3 fois par an). Voilà la réponse à « Mais il n’est jamais fatigué ? »

En chacun d’entre nous, il existe un génie potentiel.

Le jeu est la meilleure manière d’apprendre.

Le cerveau est malléable et modifiable tout au long de notre vie. Il se transforme à chaque instant : personne n’arrête jamais d’apprendre et personne ne naît plus intelligent que quelqu’un d’autre.

L’enfant n’est pas caractériel, il ne fait pas de caprices, il a seulement un cerveau immature qui exacerbe ses émotions. Câliner et materner un enfant fait grandir son cerveau.

Faisons confiance à nos enfants.

… Grâce à : Maria Montessori, Céline Alvarez, Pierre Rabhi, Arno Stern, André Stern, Clara Bellar pour son film Être et devenir, Naomi Aldort, Catherine Gueguen, Isabelle Fillioza, Eric Gaspar, Stanislas Dehaene, et sûrement plein d’autres !

Parlons-en !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s