IMG_8438

Il y a deux jours, je suis tombée sur cet article dans Le Monde. Intitulé « Le retour de la mère parfaite », il pointe du doigt l’explosion des blogs de mamans et de leurs dérives pouvant mener jusqu’au burn out chez certaines femmes. J’ai décidé de faire un article là-dessus car ce thème m’a beaucoup inspiré. Que décide-t-on de montrer ? Comment choisit-on de parler de nos vies ? Et nos enfants, nos valeurs ? Bref, quel est l’impact de ces blogs et comptes Instagram que l’on suit et/ou que l’on crée ?

J’aime bien lire le blog d’Elisa, Et Dieu Créa et de temps en temps, jeter un œil au blog de Mimi Thorisson. Voilà deux blogs de mamans parfaites comme les appelle le journaliste. Alors oui, leur blog est évidemment fait de morceaux de vie choisis. De beaux enfants, bien habillés et souriants. Une jolie maison, cosy et bien décorée. Une famille heureuse et soudée. La femme est une maman comblée et épanouie qui gère comme un chef toutes les tâches du foyer. Bonne cuisinière, elle fabrique aussi soi-même les vêtements et la déco de ses enfants. Et en plus, elle a réussi à gagner des sous ou de beaux cadeaux grâce à son blog. Bref, leurs vies font rêver. Tant rêver, que certaines lectrices s’y perdent et ne comprennent pas pourquoi elles n’arrivent pas à gérer au quotidien, elle. Pourquoi elles aiment tant le lundi pour y mettre enfin leurs enfants à l’école, elle. Pourquoi elles sont si fatiguées et que dans leur couple tout n’est pas si évident, elle. Rêver au point de se sentir coupable de ne pas y arriver, que le fantasme ne se transforme pas en réalité, de détester son quotidien… Burn Out.

IMG_8441 IMG_8450 IMG_8448

Alors faut-il en vouloir à ces femmes qui jouent le jeu des médias et de la société de consommation, peut-être inconsciemment ? Suis-je moi-même influencée par ces mamans qui affichent un bonheur total ?

A cette dernière question, je pense que je dois répondre oui. Évidemment que lire leur blog doit inspirer ma façon de faire. Cela doit avoir même sa source dans le fait que j’ai choisi de créer le mien et d’y raconter ma vie. Mais j’aimais cuisiner avant Mimi et coudre avant Elisa. Je suis moi et j’ai mes idées, mes envies et mes centres d’intérêt. Je suis moi, j’ai mes enfants, mon mari, mon appartement et mes amis. Je suis moi, j’aime la photographie, écrire, fabriquer des choses par moi-même et faire gonfler ma brioche toute seule aussi. Et cela, je le tiens de mon histoire personnelle, de mon héritage familial, des discussions avec mon entourage. Enfin, ce que je veux dire par là c’est que chacun a un trésor à l’intérieur de soi et qu’il faut le chercher chez soi plutôt que chez les autres. S’inspirer des blogs c’est intéressant mais s’y perdre, c’est dangereux. Ça nous fait perdre notre petit truc à nous, ça nous donne envie d’avoir la même déco ou les mêmes habits que les autres. Je crois que chacun doit sentir à quel moment il faut se déconnecter de ces vies virtuelles, quand elles prennent le pas dans toutes les décisions que l’on fait au quotidien et qu’on en oublierait qui nous sommes.

Suis-je atteinte du syndrome mère parfaite ?

C’est compliqué car j’assume pleinement que chez moi c’est tout le temps le bordel et que je range presque seulement quand des gens viennent nous voir. J’assume pleinement le fait que je ne suis pas férue de mode enfantine, Keyo s’habille seul et s’il préfère mettre son sweat à l’envers et un pantalon troué, je m’en contrefiche. Oléia passe ses journées en body tâché et les fesses à l’air parce-que je juge que les couches, c’est vraiment désagréable. J’assume mon étendoir toujours plein dans le salon, mes sols plein de nourriture écrasée et les chambres des enfants rarement rangées. J’assume ma tête sans maquillage, préférer être à l’aise dans un bas de pyjama et ma peau « vergéturée ». Est-ce qu’on voit tout ça sur mon compte Instagram ou sur mon blog ? Sûrement pas tout. Parce-que j’ai le droit de choisir aussi le ton que je donne à mon blog et ce que j’ai envie de montrer sur mes photos. Tout est subjectif. Bien sûr que derrière ma jolie photo de tarte, il y a du bordel dans l’évier et que quand on rigole avec mes enfants, cela n’empêche pas qu’une heure plus tard je m’énerve car ils ont retourné leur chambre.

En tout cas, j’ai trouvé que le ton de l’article était très dur et culpabilisant pour ces mamans blogueuses. Je pense vraiment qu’il faut savoir mettre une limite entre ce que l’on voit et ce que l’on croit. Et ça, c’est la responsabilité de tout le monde. Selon moi, elles sont elles-mêmes victimes de l’image qu’on a toujours renvoyée à la femme. Dans les années 50, il fallait être une bonne mère au foyer. Au 21ème siècle, il faut être accomplie : maman épanouie, working girls, amante et entourée d’un tas d’amis. Avant de trouver ça dans des blogs, c’était dans les publicités et dans les magazines. Alors, il me semble facile de leur jeter la pierre sans remettre tout un système en question.

Une autre chose me gêne beaucoup dans cet article, c’est cette phrase : « Ces femmes, débarrassées du patriarcat, se sont soumises à une autre tyrannie, plus douce, mais une tyrannie quand même : celle de leurs bébés. » Malheureusement, dans notre société, les femmes qui aiment prendre soin de leur intérieur et apprécient le temps passé avec leurs enfants, ont renoncé à leur liberté et leur indépendance. J’ai trouvé bien dommage d’avoir une vision si fermée. Et oui, j’apprécie la compagnie de mes enfants. Je préfère les blogs qui parlent avec bienveillance de leurs enfants plutôt que ceux qui en montrent les côtés énervants (même si certains me font bien rire, comme celui de Marie alias Mamans testent). Je comprends les mamans blogueuses qui préfèrent retenir le meilleur.

Et même si je ne suis pas d’accord sur tout, que j’ai l’impression qu’elles ont un photographe personnel et que je n’aime plus les concours et articles sponsorisés, j’apprécie cette diversité de blogs aux tons différents, que je peux lire selon mon humeur. Aller chercher une bonne recette et admirer la maison de fou de Mimi Thorisson, m’émouvoir de la douceur et des idées d’Elisa, me laisser embarquer par la poésie de Rita le Chat, rire et pleurer des textes de Marie, m’inspirer et partager la vision d’une vie sans école avec Eve Hermann ou découvrir la philosophie de vie Vegan de Bambichoses. Ce sont toutes des mamans qui mènent leur barque du mieux qu’elles peuvent, pour elles et pour leurs proches. C’est ce que je me souhaite à moi aussi. Le blog c’est mon espace de liberté, celui où j’écris ce que j’ai besoin d’écrire, celui où je fais passer mes messages, celui où je parle de nos choix éducatifs.

Ici, c’est le blog d’une famille dont les enfants ne vont pas à l’école. Je ne suis absolument pas une maman parfaite mais j’aime prendre des photos des sourires de mes enfants et de ce que l’on fait au quotidien, j’aime faire mon pain maison, cuisiner et créer des choses de mes mains. Mon mari est là en vrai, présent pour les enfants et moi. Nous n’avons pas un appartement bien rangé, je pratique l’esprit récup’ et du fait maison, non par amour du vintage, même si c’est stylé, ou du syndrome perfection, mais pour des raisons financières. Et nous sommes une famille normale qui traverse rires et disputes tout au long de la journée !

Mais toujours avec amour ^^

(c’est mort, je suis carrément atteinte…)

3 commentaires sur « Le syndrome de la mère parfaite »

  1. Je ne connais pas les deux blogueuses citées mais je vais aller jeter un oeil … par contre, comme toi je n’ai pas du tout aimé le ton de l’article!! J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de jugement …
    Les blogs , qu’ils soient de mère parfaite, de cuisine, de voyage nous inspirent et c’est bien pour cela que nous les lisons… alors peut être que quelquefois il faudrait prendre du recul, mais de là à culpabiliser ces mamans d’être la cause de brun out, je trouve le ton un peu fort!! Bref, à chacun aussi de voir ses capacités, ses limites et de refaire le point sur le sens et les priorités de sa vie …
    Sur ce … je vais aller lire ces blogs ;-)
    Et j’aime beaucoup te suivre, lire tes aventures, et regarder tes superbes photos …

    J'aime

  2. merci pour ce partage !
    tsss,
    OUI, lire un blog peut mettre la pression,
    OUI, il faut un peu de distance pour réaliser qu’entre le blog d’une maman et sa vie réelle il y a une distance, justement – ne serait-ce que parce que personnellement, écrire de temps en temps sur mes galères m’aide à en rire et à faire rire les autres, mais poster en permanence des photos de mon bazar ??? euh, je le vois suffisament, merci; par contre, fixer un instant de grâce ou mon t-shirt n’est pas (encore) tâché…
    mais de là à mettre tout et n’importe quoi dans le meme sac (mention spéciale pour le « vol de bébés » virtuel par les ados américaines !) .

    bref, je découvre ton blog, et j’aime bien !
    bonne journée

    J'aime

Parlons-en !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s