Il était une fois, une petite fille qui vivait dans une grotte avec sa tribu il y a très très longtemps, 15 000 ans pour être exact. C’est l’été, les femmes vont récolter le blé pendant que la petite fille, elle, ramasse des tablettes d’argile, de la terre fraiche. Revenues à la grotte, les femmes travaillent pendant des heures pour récupérer la farine des grains de blé. Elles la mélangent ensuite avec de l’eau pour fabriquer de bonnes galettes. La petite fille les imite avec l’argile puis au fur et à mesure elle commence à fabriquer un bébé : une tête ronde, un corps allongé, des petits yeux avec des cailloux et un sourire dessiné avec le doigt. Plus tard, toutes les galettes sont déposées sur une grande pierre plate sous laquelle on allumera le feu. La petite fille, à l’abri des regards, se dépêche d’y déposer aussi son bébé. Une fois que les flammes jaillissent, le bébé roule et tombe dans le feu. La petite fille attend de longues heures que le feu s’éteigne et récupère son bébé dans les cendres pendant que tout le monde dort. Lorsqu’elle le recueille, le bébé pâte à changer, il est devenu tout dur. Le lendemain matin, toute la tribu se joint à la petite fille et lui demande comment elle a réussi à fabriquer sa poupée. C’est une grande découverte pour la tribu qui va maintenant pouvoir fabriquer des objets pour le quotidien : des bols, des assiettes, des verres…

Pour ceux qui la reconnaissent, c’est bien la petite histoire de Cropetite de Michel Gay que nous aimons beaucoup ici. L’argile est un des premiers matériaux utilisés par l’homme. Dès le paléolithique (entre -35 000 et -10 000 avant notre ère), on retrouve des modelages en terre (par exemple : les bisons d’argile de la grotte du Tuc d’Audoubert dans les Pyrénées, dont un des quatre bisons est conservé au Musée Archéologique National situé à Saint Germain en Laye) et des statuettes féminines (par exemple : la Vénus de Dolní Věstonice). Le paléolithique supérieur est d’ailleurs connu pour être une période d’explosion artistique : homo sapiens peint (la grotte Chauvet découverte en Ardèche en 1994 est une des plus anciennes grottes ornées et date de -35 000), grave, crée des petites statuettes (Vénus de Willendorf, Dame de Brassempouy, …) et des bijoux en pierre, en os, en ivoire…

La généralisation des poteries céramique (c’est-à-dire cuites) pour le quotidien est lié à la sédentarisation de l’homme. Le processus de cuisson permettant de pérenniser la forme, cela va permettre aux hommes de créer de nombreux récipients utiles à la conservation des récoltes et à la cuisson des aliments. Les premières poteries en céramique apparaissent entre -20 000 et -10 000 selon les régions du monde, la civilisation chinoise étant la plus en avance sur de nombreuses inventions.

Pour revenir au présent et à nous, nous faisons de l’argile assez souvent. C’est une activité que les enfants aiment beaucoup. Sensorielle, créative, elle est aussi un moment de calme et de concentration où chaque petite main patouille, tripouille, façonne à sa guise et à son rythme. A la question, « qu’est-ce que je peux faire ? » de temps en temps posé par Keyo, j’aime raconter des histoires sur l’utilisation de l’argile par nos ancêtres. Généralement, ça débloque pas mal les idées et c’est aussi un moment où on parle histoire et préhistoire.

Alors que faire avec de l’argile ?

On peut fabriquer des bols, des assiettes, des cruches, des verres, … et imaginer à quoi cela pouvait servir et à qui.

On peut également raconter l’histoire de ce paysan qui devait compter et recompter chaque jour le nombre de bêtes et qui inventa le système des calculi, ces petites formes rondes et coniques correspondant à des chiffres (un petit cône = 1 ; une petite boule = 10 ; un grand cône = 60 ; une grande boule = 3 600 ; une grande boule avec un trou = 36 000).

On peut aussi fabriquer des petites tablettes pour écrire des symboles à l’aide d’un calame, s’initier à l’écriture cunéiforme à l’aide d’un bâtonnet carré et démarrer ainsi petit à petit l’histoire de l’écriture.

On peut surtout créer des formes de notre quotidien, inventer des histoires, fabriquer des petits animaux (et des Nintendo DS ^^)… On peut ajouter des petits ornements comme des coquillages, des cailloux, des bouts de bois…, mélanger l’argile avec du sable… bref, souvenons-nous que la première fonction de la matière argileuse est avant tout un terrain d’expression artistique.

 

Parlons-en !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s