Nous

Nous, les femmes

Je suis née dans une famille de femmes. Ma mère et mon père ont chacun deux soeurs, j’ai moi-même une soeur. J’ai toujours aimé ce contact avec les femmes, avec mes tantes, mes grands-mères. J’aime ces moments de discussion généralement en faisant à manger. J’ai un souvenir culinaire avec toutes les femmes que j’aime et c’est à elles toutes que je pense lorsque j’écris.

Lorsque je suis tombée enceinte la première fois, j’espérais secrètement que mon bébé soit une fille. C’est comme si je me sentais plus à l’aise, que je savais davantage dans quoi je m’embarquais, ça me semblait plus facile.

J’ai longtemps repoussé les « trucs de filles » par peur des stéréotypes mais il faut que je me rende à l’évidence, Oléia aime faire comme les femmes autour d’elle. Elle les observe beaucoup, elle aime les imiter, elle veut essayer leurs bijoux et leur rouge à lèvre. Elle aime s’habiller, se regarder dans le miroir et courir vers son frère en disant « regarde, Keyo ! »

Elle a eu une poupée et des sylvanians pour Noël. J’adore regarder sur le bon coin le prix des barbies et des pollypockets. Mais je sais aussi qu’elle aime les camions. Pour son anniversaire, j’ai pensé à lui offrir une grue électrique, je suis sûre qu’elle adorerait ^^ J’essaye d’être objective même si c’est impossible…

Pour nous, les femmes, c’est compliqué parfois, on ne veut pas s’enfermer dans des rôles qu’on sait réducteur. Mais c’est quand je lâche avec tout ça, que je me sens le mieux, que je me sens la plus heureuse. Mon premier juge, c’est moi-même.

« Ma revendication en tant que femme c’est que ma différence soit prise en compte, que je ne sois pas contrainte de m’adapter au modèle masculin. »

Simone Veil

Vous aimerez aussi...

Vos commentaires nourrissent mon blog