Les jouets et nous : en route vers le minimalisme

Cela fait un petit moment que j’ai commencé à écrire cet article mais je n’arrive pas à le finir et à le publier. J’ai tellement de choses à dire et pourtant j’aimerais faire simple. Voilà comment je résume actuellement ma démarche vers le minimalisme.

Je me sens encombrée et je vise l’essentiel. Mais difficile d’enlever tout le superflu. Comment faire la part entre ce qui est important pour nous et ce qui ne l’est pas ? Voilà presque deux ans que j’ai commencé à aller vers le minimalisme. Tout doucement au début puis de plus en plus depuis l’accouchement de Loueï. Aujourd’hui, le minimalisme est omniprésent dans ma vie. J’y pense chaque jour, je fais du tri quotidiennement et je trouve toujours de nouvelles choses à enlever que j’avais pourtant décidé la veille de conserver.

L’objectif n’est pas de se débarrasser de tout, mais de faire le point sur ce dont on a vraiment besoin, ce qui nous sert, ce que nous aimons vraiment. Alors, chaque jour depuis plusieurs semaines, je m’occupe d’un placard, d’un tiroir, d’une pièce et je trie. La plupart des choses sont mises dans des grands sacs et descendues à la cave pour une future brocante. Elles continuent à nous encombrer mais de loin finalement, car c’est décidé, ce qui est descendu à la cave, ne remontera jamais : soit vendu, soit donné.

A chaque fois que je descends des sacs ou que je me débarrasse des choses cassées/abîmées, j’ai la sensation physique de me libérer. C’est assez dingue mais ça me rend plus heureuse que de contempler tout ce que nous avons pu accumuler en 8 ans de vie commune.

Le défi principal de notre famille est de reconsidérer notre façon de voir les jouets, c’est donc le principal sujet de l’article, mais il y a évidemment chaque pièce, chaque objet, chaque placard de la maison qui est pris pour cible dans ma petite révolution.

Alors pourquoi j’ai décidé d’entreprendre cette démarche ?

Ras-le-bol de ranger

Vous imaginez bien : 1 enfant, 2 enfants, 3 enfants… Cela fait trois fois plus de bordel, trois fois plus de jouets, d’habits, de décorations, de meubles… bref, trois fois plus de choses en tout genre qui trainassent partout. J’ai juste dit STOP. Stop à ces heures interminables de rangement et oui à plus de temps passé ensemble. Stop aux achats de solutions de rangement qui n’en finissaient pas et oui à plus d’espace.

Plutôt que de vouloir trouver des boites et des meubles pour ranger leurs affaires, j’inverse dorénavant le processus : s’il n’y a pas assez de place, c’est qu’il y a trop de jouets. Il faut donc purger : garder ce qui leur plait maintenant. Il y aura bien assez de Noëls et d’anniversaires pour avoir de nouveaux cadeaux. Stop à la conservation des jouets, des habits… pour la petite sœur quand elle sera plus grande. Conservons des intemporels et plus tard, on achètera ou offrira ce qui sera vraiment nécessaire.

Une créativité en berne

Bizarrement, plus il y a de jouets, moins l’enfant a envie de jouer avec et s’ennuiiiiiie ! Vous l’entendez cette phrase ? Moi aussi et trop souvent. Le surplus de jouet empoisonne l’enfant, cela l’empêche de réfléchir et d’utiliser son imagination. Alors, il demande à regarder la télé puisque, vraiment, dans sa chambre, il n’y a pas assez de jouets…. ^^

Une réflexion sur la possession

Je trouve ça fou ce rapport à la consommation que nous avons, ce rapport à la possession. Chaque foyer détient son lot d’objets, ce qui fait des milliards de choses fabriquées tout le temps. Enfin, je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire : des millions de foyers juste dans notre pays ont une quantité de choses qui leur appartiennent mais qui ne leur servent pas à grand chose. C’est décoratif, contemplatif, c’est là pour dire que ça nous appartient, pour nous faire croire que ça nous est utile, que ça change nos vies, leur apporte un petit quelque chose en plus. Et ce petit quelque chose ne fait que grossir, il y a toujours un nouveau jeu, un nouveau livre, un nouveau truc dont on n’avait absolument pas besoin jusque là mais qui, tout d’un coup, se révèle indispensable à nos vies.

Je suis une victime de ce système qui pousse à acheter continuellement, j’ai l’impression d’y être ligotée comme une esclave et n’arrive pas à m’y arracher. Ce système m’a gobé et gobe mes gosses. Il semble combler un puits sans fond à l’intérieur de nous et nous donne l’illusion d’être heureux parce-que nous avons, alors que c’est complètement faux.

Je veux libérer mes enfants de ce rapport aliénant à la consommation, je veux leur faire le cadeau d’être heureux avec peu, de sentir qu’ils n’ont pas besoin  de posséder pour réussir leur vie, que le bonheur ne passe pas par cela. Quand on achète, c’est parce que ça va mal. On comble quelque chose : une peur, un doute, un mal-être… Acheter comme on le fait, c’est une maladie.

Alors, ça prendra le temps que ça prendra. Sûrement encore quelques mois ou même quelques années encore pour arriver à être vraiment minimaliste, mais je le fais pour eux, pour nous.

Et vous ça déborde ou vous avez décidé de la jouer minimaliste ?

9 Replies to “Les jouets et nous : en route vers le minimalisme”

  1. On en parlait ce matin 😁. Tu connais notre démarche très similaire. D’ailleurs il y’a une chose incroyablement vraie et dingue : cette sensation de bien-être qui nous étreint physiquement quand on désencombre, encore mieux qu’un orgasme 😂!

    J'aime

  2. Nous voyons le « bout » ici… Le garage s’est hautement vidé après 4 ans de tri.
    Quand nous entrepris des travaux de rénovation dans la maison nous avons tout vidé (stocké dans le Garage, dans le grenier, dans notre bis, bref partout), et quand la maison fût « prête »nous n’avons remis que l’essentiel, l’utile…( un lit, une commode, nos vêtements utilisés) un amas de chose est resté stocké. Et aujourd’hui le Grenier est vide, le bis est vide, et le garage est « presque » vide (mais se re rempli parfois quand je tri dans notre piece de vie, principalement dans le matériel et la bibliothèque ). Mais on y vient en tout cas aujourd’hui il n’y a plus d’achat qui n’est pas hautement réfléchi. Et je n’en ressens plus le besoin. On se sent tellement libéré.

    J'aime

  3. Entièrement d’accord! Je me sens également trop encombrée, noyée par les objets de la maison…j’aspire à être plus légre pour profiter de la présence des enfants…mais c’est super dur, je n’arrive pas à me détacher de nos affaires, c’est assez affreux je trouve…surtout en ief: les livres, supports etc. En tout cas, mon souhait pour cette année, c’est désencombrer et ne pas se ré-encombrer (cadeaux non matériels pour les fêtes).

    J'aime

  4. Oui je me suis aussi rendu compte qu’avec l’IEF j’avais énormément achetée de livres, de jeux « éducatifs »… Par peur, par volonté d’enrichir leur environnement. Il faut vraiment arriver à se défaire de tout ce processus qu’on met en place dans nos têtes qui placent les objets comme des gages de réussite

    J'aime

  5. Bravo ! C’est en effet un chemin qui est très long car il ne signifie pas que jeter et faire du tri, c’est travail interne à faire pour modifier ses habitudes de consommation. Perso, je me sens actuellement à mi parcours. J’ai encore les achats impulsifs qui me travaillent, mais je sais que ça m’arrive déjà beaucoup moins qu’avant… Je me libère petit à petit :)

    J'aime

  6. Bravo ! Je vais essayer de m’en inspirer pour ranger tous mes « jouets » à moi ;-)) ! Je crois que trouver des grands cartons est un bon premier pas.

    J'aime

  7. Oui il faut y aller par étape. Des grands cartons puis direction La déchèterie ou Emmaus (il y en a un juste à côté de chez toi en plus) ^^

    J'aime

  8. Je suis tout à fait d’accord avec toi Maéva. Effectivement, c’est pas simple et moi j’ai tendance parfois à être un peu compulsive avec ça, quand ça me gonfle tout ces trucs, je me mets à jeter mais j’ai remarqué que c’est un peu tendu cette affaire, je n’arrive pas à le faire sereinement enfin pas tout le temps ! Je n’ai pas trop de problème à jeter ou à donner ce qui ne me semble pas essentiel mais c’est sans fin et je ne me vois pas jeter les affaires qui ne sont pas à moi…enfin, c’est toute une affaire cette histoire… Mais oui, nous sommes pris dans un système infernal !

    J'aime

Parlons-en !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s