Notre 5ème année d’instruction libre 2/3 : notre programme Charlotte Mason (CM1)

Ce que j’aime avec Charlotte Mason, c’est qu’elle considère l’enfant comme une personne avec de grandes capacités. Il a besoin de nourriture variée, plaisante et vitaminée. Cela ne signifie pas qu’il faille le gaver. Dans cette pédagogie, les leçons sont courtes pour éviter l’ennui et profiter de la concentration maximum de l’enfant, respecter son intérêt supérieur en lui offrant le plus de sujets à explorer, une grande culture et surtout des idées qui vont nourrir son coeur, son intellect, ses jeux.

Dans cet article, je vous parle de notre programme de cette nouvelle année. Je me suis renseignée sur ce qui était préconisé pour les enfants en Form II, l’équivalent du CM1-CM2. Ce qui change avec les classes de Form I (CP, CE1, CE2) c’est l’allongement progressif du temps de travail, l’ajout du latin, l’étude de l’histoire d’un autre pays que le sien et l’introduction de notions simples de grammaire. Je m’en suis donc inspirée pour faire notre programme. Voici, pas à pas, notre planning expliqué :

Lecture de contes et légendes

20 minutes narration comprise- 5 x par semaine

Le matin, nous commencerons par la lecture et la narration de contes et légendes. Voici les livres que j’utiliserai : L’épopée de Gilgamesh, Les feuilletons de Murielle Szac (Hermès, Ulysse, Thésée et le petit nouveau c’est Artémis), des contes du monde (russes, japonais, espagnols, africains…), les 12 travaux d’Hercule, la mythologie égyptienne et nordique… Ce sera un moment collectif. Il permettra de commencer la journée en douceur grâce à des aventures palpitantes qui mettront en appétit les enfants.

Mathématiques

30 minutes avec : 10 mn de lecture narration comprise, 5 mn de calcul mental, 15 mn d’exercices – 5 x par semaine

Pour chaque matière, même les moins littéraires en apparence, une lecture nous accompagnera. J’ai choisi deux livres pour cette année : L’homme qui calculait de Malba Tahan et Petits et grands mystères des maths d’Anna Cerasoli.

En reprenant le chemin du formel l’année dernière, j’ai eu du mal à situer où en était Keyo et j’ai donc loupé la progressivité du très bon manuel « Compter Calculer » des éditions Grip niveau CE1 que je n’ai finalement pas utilisé tant que ça (mais je le garde pour Oléia et Loueï plus tard :) . Du coup, j’ai trouvé mon bonheur sur le site de Marc Le Bris qui utilise la même méthode que les livres des éditions Grip. Ce sont de très bonnes fiches que j’imprime et que l’on colle dans son cahier. Il y a des évaluations qui m’ont permis de voir ce qu’il savait faire et ce qu’il ne maitrisait pas. Les fiches sont claires, inspirées des manuels anciens, progressives, complètes et en plus c’est gratuit ! Pour les télécharger c’est sur le site de Marc Le Bris.

Sciences naturelles

30 minutes avec : 15 mn de lecture narration comprise, 15 mn de cahier (dessin d’observation et écriture) – 1 x par semaine

Cette année, Keyo aura le défi de répertorier dans son journal de nature des trouvailles faites au cours de nos promenades :

  • 6 fruits sauvage/baies/feuilles
  • 6 brindilles d’arbre (bourgeons, chatons…)
  • 6 fleurs sauvage
  • 18 animaux

Il tient par ailleurs un cahier sur les insectes, ça a été sa grande passion cette année. Mais ça pourrait être aussi sur les poissons, les oiseaux, les plantes carnivores… Bref, tout le vivant de ce monde :)

Les lectures qui nous accompagneront seront « Mon arbre » et « ça pousse comment ? » de Gerda Muller, « Toutes les créatures du bon Dieu » de James Herriot (il est rare donc cher, il faut surveiller les occasions ou regarder en bibliothèque) et « L’enfant et la rivière » de Henri Bosco que nous avions déjà entamé. Nous lirons également la biographie de Dian Fossey, zoologiste et primatologue américaine.

Outre les grandes connaissances que cette matière apporte sur le monde qui nous entoure, elle développe aussi les qualités d’observation nécessaires à de nombreux apprentissages comme la lecture ou l’écriture.

Sciences physiques et chimiques

30 minutes avec : 15 mn de lecture narration comprise, 15 mn d’expérience et consigne dans le cahier (dessin et écriture) – 1 x par semaine

A travers cette matière, nous étudions davantage des phénomènes chimiques en faisant des expériences. Nous lisons également des biographies sur des inventeurs, chercheurs… L’année dernière par exemple, nous avions lu la biographie de Marie Curie. Keyo tient un cahier d’expériences dans lequel il consigne ses observations. Et les livres qui nous accompagneront seront « Le prince des nuages » de Christophe Galfard et « Les aventures de Fisie-Ka » de Blandine Pluchet. Il y aura de nouveau des biographies comme celles de Pasteur, Darwin, Hubert Reeves ou Einstein. J’aime beaucoup la petite collection « Les romans-doc Science » même si on ne peut sûrement pas l’élever au rang de livre vivant…

GEOGRAPHIE

Géographie française

20 minutes avec : 10 mn de lecture narration comprise, 10 mn de notes – 1 x par semaine

Voilà un petit challenge pour moi cette année, j’aimerais qu’on avance plus sur la géographie. C’est une matière vivante que j’avais très peu investie en formel mais cela va changer. J’ai choisi le livre « Le tour de France de Camille et Paul » d’Anne Pons et les activités autour sont nombreuses : cartographie, carte vierge à compléter au fur et à mesure de la lecture avec dessin, écriture ou photos à coller… Nous relancerons également notre carnet voyageur :)

Géographie mondiale

20 minutes avec : 10 mn de lecture narration comprise, 10 mn de notes – 1 x par semaine

A travers la lecture de différents livres, nous suivrons les périples de voyageurs, aventuriers, navigateurs. Voici les livres qui nous accompagneront : « Les voyages de Marco Polo » de Marco Polo, « Le tour du monde de Magellan » de Philippe Nessman et « Latitude zéro » de Mike Horn. J’ai également acheté un Roman-doc Histoire « La véritable histoire de Diego le jeune mousse de Christophe Colomb » de Corinne Vandelet, que Keyo pourra lire en autonomie et me narrer au fur et à mesure. En complément des lectures, nous pourrons compléter des cartes vierges, regarder les trajets sur une mappemonde, cartographier des lieux décrits et consigner des informations dans le cahier de géographie.

Géographie formelle et Map Drill

30 minutes avec : 20 mn de leçons, 10 mn de map drill – 1 x par semaine

La géographie est la seule matière que Charlotte Mason conseillait d’enseigner de temps en temps à travers un manuel scolaire. J’ai choisis de poursuivre avec le manuel de géographie de La Librairie des écoles (j’avais la version cycle 2, je passe au CM1-CM2) qui est très bien fait.

S’en suivra 10 mn de cartographie, un moyen simple et efficace pour localiser les principales villes et pays du monde (ou monuments, fleuves, rivières, continents… à vous de choisir). Il existe plusieurs façons de réaliser cet exercice de Map Drill :

  • Remplir des cartes vierges : l’enfant prend quelques minutes pour étudier la carte avec les noms des villes, pays, rivières, montagnes, océans… tout ce qu’on souhaite qu’il apprenne. Puis sur une carte vierge qu’on aura préalablement imprimée, on demande à l’enfant d’écrire le plus de noms possible dans un temps imparti. La semaine suivante, on lui donne une autre carte vierge, on lui demande de réécrire ceux qu’il a appris et d’en ajouter quelques-uns… Et on répète cet exercice chaque semaine. Une variante consiste à plastifier la carte vierge et d’écrire avec un feutre pour ardoise. C’est un jeu de mémoire qui a beaucoup plu à Keyo.
  • Placer les étiquettes : parfois l’orthographe/l’écriture peut freiner un enfant dans la réalisation de cet exercice dont l’objectif est de connaître le nom des lieux et non pas spécialement le travail d’écriture. L’utilisation d’étiquettes peut donc être une solution.
  • Tracer les frontières : de mémoire ou en repassant sur les traits. Cela permet de retenir l’emplacement et la forme des départements/régions/états/pays et les prépare au dessin de cartes. C’est une activité que les plus jeunes peuvent faire également.
  • Utiliser du papier calque pour faire ses propres cartes : avant que l’imprimerie se développe, explorateurs et cartographes utilisaient la technique du transfert pour réaliser leurs cartes. Cette méthode est amusante et demande à l’enfant d’être attentif aux détails.
  • Dessiner sa propre carte : pour les plus grands, c’est la version la plus avancée de la cartographie qui demandera, je pense, plus de 10 mn.

Nous utilisons principalement le remplissage de cartes vierges mais il n’y a pas de meilleures façons de faire de la cartographie. Le mieux c’est de varier car, au final, toutes ces activités sont complémentaires et maintiennent un intérêt élevé pour la géographie.  

Géographie physique

Comme je l’ai dit plus haut, la géographie est une matière vivante qu’on ne peut pas étudier seulement dans les livres ou sur des cartes (même si cela est nécessaire). Apprendre à s’orienter avec une boussole, estimer l’heure grâce au soleil, observer les reliefs, les cours d’eau, en comprendre l’incidence sur le monde minéral, végétal, animal… et tant d’autres choses ne s’acquiert que lorsque nous sommes énormément en contact avec la nature. Il y aura donc des randonnées, des ateliers nature avec des passionnés, peut-être du scoutisme, des campings avec des familles non-sco… Tout ce qu’on pouvait déjà faire, on le continue et on l’enrichit.

HISTOIRE

En histoire, Charlotte Mason conseille d’étudier l’histoire de son pays et l’histoire d’un pays proche. Non pas spécialement d’un point de vue géographique, mais tous deux doivent partager un pan de leur histoire. Il y a donc le choix et c’est là tout l’intérêt de faire l’école à la maison. On a une grande liberté de choix dans le programme. On y met ce que nous sommes. J’ai choisis l’Espagne car c’est le pays d’origine de mon grand-père. C’est un moyen pour moi de renouer avec ce pays cher à mon coeur, mieux le connaître et transmettre cela à mes enfants. Il y a un bloc d’histoire par semaine, on peut donc avancer à peu près sur l’histoire des deux pays au même rythme. Et, d’ici deux ans, nous pourrons étudier davantage les pays d’origine de leur papa : la Côte d’Ivoire notamment. Plus largement, l’histoire du continent africain me passionne, il y a tellement de choses à apprendre, tellement de choses importantes qu’on n’apprend pas à l’école…

Histoire de France

20 minutes par semaine : on pourra alterner 20 mn complet narration comprise la première semaine puis 10 mn de lecture et 10 mn de livre des siècles par exemple

Pour enseigner l’histoire de façon vivante, ce n’est pas toujours facile de choisir un support qui nous plaise. Face à des récits « trop patriotiques » on peut vraiment avoir des réserves et ne pas vouloir présenter les choses de cette façon. Je pense qu’il faut voir cela comme une possibilité d’échange et de discussion, il y a de multiples points de vue sur l »histoire. J’ai choisi « Alain Decaux raconte l’histoire de France aux enfants« .

Histoire de l’Espagne

20 minutes par semaine : on pourra alterner 20 mn complet narration comprise la première semaine puis 10 mn de lecture et 10 mn de livre des siècles la suivante par exemple

Bon alors là, je vais être très claire. J’ai bien galéré et je galère toujours ! Oui car mis à part des livres documentaires hyper caricaturaux sur les enfants espagnols (qui aiment la corrida, le flamenco, la tortilla et font olé en claquant des doigts), il n’y a RIEN… en français en tout cas.

Je me suis donc tournée vers les livres pour adultes, car je ne me limite pas aux rayons jeunesse. Mais les quelques livres que j’ai trouvé et lu sont beaucoup trop longs, certains passages pas importants à étudier pour le moment (pour les enfants). Bref, pas possible non plus. J’ai donc pensé à écrire mes petites histoires moi-même à partir de mes lectures. Mais là encore, complicado.

Du coup, j’ai fais des recherches sur l’histoire racontée aux enfants en espagnol. Je suis tombée sur de nombreux ouvrages dont plusieurs me semblaient bien. Et j’ai finalement pris « La historia de España en 25 historias » de Javier Alonso Lopez. Actuellement, je suis entrain de traduire le livre et ça me prend pas mal de temps car même si je parle un poquito espagnol, j’aimerais que la lecture soit fluide pendant nos 20 minutes et sans cette traduction, ce ne sera pas le cas.

Histoire ancienne

30 minutes par semaine avec : 20 mn de lecture narration comprise + 10 minutes de livre et/ou tableau des siècles

En support écrit, nous avons un livre des siècles dont vous devez connaître le principe, une frise vierge à remplir et un tableau des siècles. Ce tableau est très utile pour les biographies.

En lecture, il existe de nombreux livres. J’ai choisis de continuer notre étude de l’Egypte avec la biographie de Cléopâtre « Cléopâtre, fille du Nil » de Kristiana Gregory, et « Meryrê en Egypte ancienne » d’Amandine Marshall. Par ailleurs, nous ferons plus ample connaissance avec l’Empire romain grâce à « L’affaire Caius » de Henry Winterfield, « Les messagers du temps : rendez-vous à Alésia » d’Evelyne Brisson-Pellen, ou encore « Aoric : Jeune goth en guerre contre l’Empire romain » de Pascal Prévot et je cherche encore une biographie bien faite sur Jules Cesar. En livre plus général, j’ai toujours le super livre d’Ernst Gombrich « Brèves histoires du monde ».

Voilà, vous vous doutez bien qu’on ne va pas tout lire en même temps. C’est un programme que je vois sur deux années. Nous avons donc le temps de lire, mettre en pause, bifurquer, reprendre la lecture, trouver d’autres ouvrages… et jamais aucune obligation de terminer un livre !

Français

10 minutes – 5 x par semaine

L’étude de la langue française se fera essentiellement grâce à la préparation de dictées. Le premier jour, Keyo recopie le passage d’un texte que j’aurai choisi. Je piocherai des morceaux de texte dans des recueils de poésie, romans… Le second jour, nous nous attarderons sur l’orthographe des mots et la syntaxe. Le troisième jour, sur la grammaire et la conjugaison. Le quatrième jour, il devrait écrire sa dictée sans soucis.

Cette année, l’objectif pour lui est de progresser à deux niveaux : rendre sa lecture plus fluide et son écriture plus rapide. Je l’encourage également à lire davantage de romans qui demandent un effort de lecture plus soutenu.

Les 10mn du cinquième jour seront consacrés à un atelier d’écriture libre et créative.

En livre vivant, j’ai pensé à intégrer les merveilles d’Erik Orsenna (La grammaire est une chanson douce, La fabrique des mots, La révolte des accents, Les chevaliers du subjonctif, Et si on dansait ?), mais peut-être en cours d’année.

Poésie

20 minutes – 1 x par semaine

Une fois par semaine, un temps consacré à l’apprentissage et la lecture de poèmes. Je me sers de divers recueils et CD de musique.

Langues étrangères

30 minutes – 2 x par semaine et 20 minutes de chansons – 1 x par semaine

Cette année, j’aimerais vraiment être rigoureuse sur l’apprentissage des langues sinon je sens bien que ça ne rentre pas. 15 mn d’anglais par-ci par-là ne permettront aucune avancée réelle. J’ai beaucoup retourné la question de ces séances dans ma tête et je dois dire que rien n’est encore figé. J’ai testé la méthode Gouin l’année dernière, je n’en suis ni contente ni mécontente car je n’ai pas eu assez de rigueur à mon sens pour vraiment ressentir les effets.

Une fois, ce qui a bien fonctionné a été de mettre tous les mots que Keyo connaissait par écrit et les découper en étiquettes pour le laisser faire des phrases. En voulant créer ces phrases nouvelles, il manquait parfois des petits mots qu’il a fallu apprendre… Je pense tendre vers cette façon de faire qui ressemble pas mal à la méthode d’apprentissage de la lecture selon Charlotte Mason qui est très bien décrite dans ce podcast. Je pense donc m’en inspirer pour nos leçons d’anglais et d’espagnol. Je choisirai des chansons, poèmes ou textes dans la langue étudiée puis je découperai les phrases en étiquette et nous travaillerons à partir de cela.

Par ailleurs, je réfléchis aussi à acheter des CD ou télécharger des fichiers MP3. Keyo étant très auditif ça me permettrait de le mettre en autonomie. Comme je l’ai dis, rien n’est encore figé. Je pense que nous affinerons notre façon d’apprendre les langues cette année.

Latin

20 minutes – 1 x par semaine

Ouhlala je n’y crois pas moi-même ! Du latin pour une personne qui n’en a jamais fait ^^ Une langue morte qui semble ne servir à rien. Alors pourquoi, ai-je choisi d’intégrer le latin à notre programme ? Cela fait un an à peu près que l’idée d’apprendre le latin me trotte dans la tête mais je ne saurai dire pourquoi… du coup, j’étais déjà un peu attirée de base. Et en me renseignant sur le sujet, je suis tombée sur la méthode Orberg dont j’ai lu partout qu’elle était super bien faite. On apprendrait sans s’en rendre compte, ça fait rêver :)

Et pour des raisons évidentes de français, je trouve ça tellement intéressant de comprendre les origines des mots qu’on utilise. D’autant plus, qu’en faisant de l’espagnol cet année, on retrouvera des racines similaires. J’espère, par conséquent, améliorer l’orthographe de Keyo grâce à cela. C’est aussi une façon pour moi de lui donner des billes supplémentaires dans son instruction.

ARTS

20 minutes avec : 10 mn de lecture et 10 mn d’étude – 1 x par semaine pour chaque

L’étude d’un artiste durera un trimestre.

Oeuvres d’art

Nous avons fini l’année en allant visiter la maison d’Auguste Renoir à Cagnes sur Mer (dont mon amie Mamanoquotidien a fait un joli article) . Nous allons donc reprendre avec l’étude de ce peintre. Nous continuerons la lecture de « Pierre-Auguste Renoir, mon père » de Jean Renoir et chaque semaine Keyo étudiera une nouvelle peinture un peu sur la même méthode que le Map Drill :

  • L’enfant regarde attentivement l’oeuvre pendant 2-3 minutes
  • Face cachée, il doit décrire de mémoire en donnant le plus d’éléments
  • Il peut ensuite le dessiner s’il a envie
  • On regarde de nouveau l’oeuvre ensemble
  • De notre côté, il faut préparer quelques informations sur l’oeuvre : nom, date, lieu et le pourquoi de cette oeuvre. Sans rentrer dans trop de détails mais juste pour l’expliquer
  • On accroche l’oeuvre au mur, à la suite des autres

Après Renoir, nous passerons sûrement à Frida Kahlo puis peut-être Picasso ou Miro (un artiste espagnol dont on parlera peut-être à travers notre leçon d’histoire à la fin de l’année). Alterner volontairement les hommes et les femmes est important pour moi car, bien souvent, ce sont davantage des noms d’hommes qui nous viennent à l’esprit. Je veux donner une image plurielle et inclusive à mes enfants. Là encore, faire l’école à la maison me le permet.

Etude musicale

J’ai récemment trouvé un roman sur Mozart et un sur Beethoven. Du coup, je pensais partir sur ces deux virtuoses cette année. Et puis entre les deux, étudier la vie et les oeuvres musicales d’Edith Piaf. A l’époque de Charlotte Mason, elle n’existait pas encore. Je crois qu’il y a plein d’artistes autre que des compositeurs classiques à étudier et j’aimerais moderniser cette leçon. Je pense par exemple à Claude Nougaro, Nina Simone et même Michael Jackson. J’aime l’idée d’apprendre à connaître la musique classique et l’opéra, et ça me donne envie de l’étendre à d’autres artistes. Et oui, là encore, je m’approprie cette pédagogie, j’y insuffle de mon atmosphère.

Artisanat et Sloyd

Le travail des mains est important dans la pédagogie Charlotte Mason. Il y aura une activité par semaine où nous varierons les activités de pliage, couture, points de croix, feutrage, cartonnage, etc.

Les vies de Plutarque

30 minutes avec : 15 mn de lecture narration comprise et 15 mn de notebook- 1 x par semaine

Plutarque est un philosophe romain qui a compilé une centaine de biographies d’hommes illustres grecs et romains. Je ne lirai pas exactement les biographies qu’a réalisé Plutarque mais je me sers de cette idée pour introduire une lecture de biographies d’hommes et de femmes illustres de tout temps et de tout bord. Toujours avec cette envie de développer notre culture générale et distiller des idées vivantes… Keyo tient un cahier de portraits, ce sera donc l’occasion de s’en servir. En livres, il existe de nombreuses biographies de grands hommes et grandes femmes compilées dans de beaux livres, je pense par exemple à « L’histoire des grands hommes » et « L’histoire des femmes célèbres » édités par La Librairie des Ecoles. Mais il en existe d’autres. Pour ma part, je m’appuierai sur les livres que j’ai. Je pense à  « PAIX : 40 artisans de paix » et « Histoires du soir pour filles rebelles« . Les histoires restent cependant trop courtes à mon goût pour en faire de vraies histoires et dans PAIX, ce sont des biographies brutes, un peu sèches. Mais je construirais surement les histoires autour. J’utiliserai également le livre « Histoires extraordinaires » d’Alain Decaux. Pour le coup, lui a vraiment un talent de conteur, chose que je recherche pour les lectures.

Pause et taches ménagères

20 minutes – 5 x par semaine

Dans notre planning, il y aura aussi une pause de 20 minutes chaque jour à moitié consacrés aux tâches ménagères. Bizarre de mettre ça ici mais cette année, c’est décidé, je M’ORGANISE ! Enfin j’essaie… J’aimerais ne plus me sentir dépasser par toutes les tâches qui incombent au foyer et faire en sortes que nos journées soient plus fluides afin d’éviter le sacrifice des sorties de l’après-midi parce-que tout est décalé. Impliquer les enfants est une chose logique pour moi. Nous vivons tous ensemble, ils ne vont pas à l’école, il y a donc plus de repas à faire et de rangements. Ce sera donc le moment de préparer le déjeuner, mais aussi vider le lave vaisselle, étendre et plier le linge, sortir la poubelle, ranger un peu la maison… Ensemble, dans un temps limité, en musique et chahutant gentiment plutôt qu’à n’importe quelle heure de la journée quand maman pète un câble de devoir tout faire toute seule ^^

En résumé : le planning

Voici en résumé notre planning. Il va nous demander d’être plus « minuté » et cela me convient car j’aimerais me tester là-dessus, voir si on est capable d’y arriver. Dans le cas contraire, je reviendrai surement au planning en boucle testé l’année dernière.

Et voilà, j’arrive au bout de ce très long billet. C’est un programme qui m’a demandé beaucoup de réflexions et de recherches, j’espère qu’il pourra vous inspirer. Il est tout beau, tout bien écrit mais évidemment il y aura les aléas de la vraie vie et c’est pourquoi je ne m’attends pas à ce que tout roule toujours comme sur des roulettes. Je trouve ça bien toutefois de se fixer un idéal et se donner des objectifs, ça nous aide à nous organiser. Et plus on est de fous, plus cela devient nécessaire. Le reste de la journée sera consacrée aux activités de chacun : repos pour les filles en début d’après-midi puis sorties.

Par ailleurs, j’alternerai semaine à fond sur le planning bien carré et semaine plus détente pour pouvoir souffler et placer les sorties qui nécessitent la journée entière. L’année passée, j’ai bien remarqué que lorsqu’on ne lâchait pas la pression sur plusieurs semaines, Keyo devenait beaucoup trop agité et manquait de concentration. Du coup, cette année c’est comme si on prenait quelques jours de vacances une semaine sur deux pour qu’on puisse tous souffler et prendre le temps de vivre. Dans le troisième et dernier article de cette série, j’y expliquerai pourquoi je place les sorties sur un piédestal et pourquoi elles font parties intégrantes de notre programme de cette année.

Si vous avez des questions, retours et commentaires, n’hésitez pas !

13 Replies to “Notre 5ème année d’instruction libre 2/3 : notre programme Charlotte Mason (CM1)”

    1. Coucou Émilie, merci ! Oui elle est tout à fait transposable mais en l’adaptant évidemment. Mason enseignait dans des écoles et a conçu un programme allant de 6 à 18 ans. Elle a écrit des livres qui parlent de sa vision éducative pour l’école (School Education) et pour les familles instruisant en famille (Home Education). À partir du collège, les enfants travaillent 5h le matin (toujours des leçons courtes même si plus longues qu’en primaire) et l’après midi est libre ou davantage consacré à l’étude de la nature, les travaux manuels, sorties, géographie physique etc…

      Aimé par 1 personne

      1. Ah, merci pour la référence du livre ! en fait, en septembre, je reprends un an d’étude pour obtenir l’agrégation pour enseigner aux élèves de 15-18 ans (en Belgique). Je suis biologiste-écologue de base et je trouve que l’approche des sciences par un récit narratif pourrait vraiment apporter un petit « plus » à cette branche. Du coup, le travail de Charlotte Mason m’intrigue pour son côté un peu plus « immersif », qui peut compléter une approche plus segmentée, comme Montessori (que j’aime pour sa clarté et sa rigueur). :-) Le programme que tu as concocté pour ton fils est en tout cas riche: j’espère que ça vous plaira durant cette année !

        Aimé par 1 personne

  1. Coucou !
    Bravo pour le programme ! Ça donne envie 👌🏻
    Si tu as besoin d’aide pour la traduction de l’histoire d’Espagne, je suis dispo.
    Ça me permettra aussi d’approfondir mes connaissances sur mon pays d’origine de manière ludique 😉
    Tiens-moi au courant !
    Des bizzzoo

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci Angeles ! Comment est-ce que je peux faire pour avoir ton aide ? En te scannant des pages ? J’ai lu Pas pleurer de Lydie Salvayre cet été ça m’a retourné complet. J’ai trop aimé et je me suis reconnectée à ce passé que j’avais enfoui depuis la mort de mon grand père

      J'aime

  2. Bonjour ! Je tombe sur cet article, après plusieurs sans venir sur votre blog (qui a une source d’inspiration incroyable pr moi l’année dernière !) .
    Le premier article de cette série m’a incroyablement parlé, et ce deuxième me pousse plus a la réflexion. Ici nous alternons +/- Steiner et mason, mais difficilement en étant encore au stade de découverte !
    Et je me demandais si du coup, après la bifurcation vers CM, vous regrettez d’avoir utilise Steiner jusqu’alors ?

    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Clotilde merci, c’est gentil de venir me lire de temps en temps 😊! Je ne dirai pas que je regrette car ça a été un vrai plaisir pour moi de découvrir steiner, son univers et puis sa façon d’expliquer physiquement, psychologiquement et spirituellement de quoi et comment parler aux enfants selon leurs âges. Maintenant, elle est comme quasiment toutes les pédagogies : développées pour l’école et ses exigences. Je suis sûre que steiner aurait dit autre chose aux parents instruisant leurs enfants en famille. Voilà, du coup ce que j’aime chez Mason c’est qu’elle a vraiment développé une pédagogie pour le homeschooling et j’en ressens les effets. C’est vraiment adapté. Et même en travaillant une journée sur 2, je la trouve hyper efficace. L’année dernière a rattrapé un retard de dingue en très peu de temps sans pour autant travailler comme un fou…

      J'aime

      1. C’est toujours un plaisir de passer sur ton blog ! Je te suivais sur Instagram et Facebook, puis j’ai tout quitté, alors….! Lol.

        Merci de ton retour. Il est vrai que Steiner, comme tout le monde a ses limites dans l’IEF. Plus je découvre Mason, plus j’aime sa manière de voir les choses, de les organiser, de les penser… Et en même temps, le cadre plus posé de Steiner me rassure pour la petite classe qu’est mon fils (Cp quoi!) . Nous tentons de combiner un peu les deux, pas facile !

        J’ai rattrapé du retard sur ton blog cette nuit – merci bébé ;) – , merci pour tous ces partages riches et inspirants 💕

        J'aime

Répondre à Clotilde Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s