Carnet de recherche sur les couleurs

Mon carnet de recherches sur les couleurs : le secret du bleu égyptien (pages 7, 8 & 9)

Bonjour à tous,

Je fais une petite pause dans mes articles dédiés à la pédagogie Charlotte Mason pour avancer sur mon carnet de recherche sur les couleurs. Je reste à l’époque de l’Egypte antique et aborde aujourd’hui la couleur bleu !

Si on appelle le bleu égyptien, le lapis-lazuli en référence à la couleur bleue de la pierre, les égyptiens lui donnèrent le nom de « Khesbedjiryt », ce qui signifie « Le lapis-lazuli fabriqué ». En effet, cette jolie pierre ne donnait qu’un gris bleu pâle sans aucune tenue et peu résistant à la lumière.

Le bleu égyptien est en vérité créé à partir d’un procédé chimique. C’est, à priori, le premier pigment synthétique de l’histoire. A une époque où l’on peaufine sa maitrise du verre, autour de -2500, les égyptiens y ajoutent différentes pierres colorantes (cuivre, malachite, cornaline) et obtiennent un bleu plus clair et plus résistant que celui de l’époque, obtenu à partir d’azurite.

En mélangeant l’ensemble de ces ingrédients (cuivre, silice, calcium, fondant, cornaline et malachite) et en les faisant cuire entre 800 et 1000 °C pendant plusieurs heures dans des fours de potiers, les égyptiens obtiennent une sorte de pâte de verre bleue, qu’ils vont ensuite broyer pour obtenir un pigment en poudre plus ou moins fin. L’intensité des bleus dépend da la cuisson et du broyage.

Le bleu pouvait servir à peindre les ciels. Nout est la déesse du ciel. Elle est la femme de Geb et la mère d’Osiris, Seth, Isis et Nephtys. Elle protège la Terre et tous ses habitants.

Horus, Dieu du ciel et protecteur du souverain égyptien, figure au revers d’un masque de momie. Le bleu, couleur du ciel, et donc du paradis, est utilisé pour rendre hommage aux morts.

La prochaine fois on ira faire un tour chez les grecs ^^

Vous aimerez aussi...

Vos commentaires nourrissent mon blog