Apprentissages Charlotte Mason

Comment mon ainé est devenu lecteur ou le test sans BD

Apprendre à lire c’est une chose, devenir un lecteur, ç’en est une autre. Je souhaite vous partager mon témoignage sur la façon dont Keyo est devenu lecteur de romans. Du genre à ne pas arriver à éteindre la lumière tant qu’il n’a pas fini « Robot sauvage » de Peter Brown ou d’avaler « Sacrées sorcières » de Roald Dahl en une soirée. Pour en arriver là, il faut que je l’avoue, j’ai tenté une chose radicale… J’ai réquisitionné ses BD ! Mais avant de juger la mère horrible que je suis, s’il vous plait, lisez l’article jusqu’au bout.

Apprendre à lire

Depuis qu’il est petit, Keyo a toujours aimé les livres. Oui, les livres, mais surtout les livres d’images qu’on pouvait lui lire par dizaines le soir avant de se coucher. Assez tôt, il avait déjà une sacrée bibliothèque, remplie de livres plus jolis les uns que les autres. Ça a toujours été un objectif pour moi : l’entourer d’un maximum de livres. Il adorait également les histoires écoutées sur son poste radio et les contes et romans que nous lisions aussi très régulièrement. Il a par ailleurs développé des capacités d’écoute et d’attention assez pointues grâce à cela.

Puis bien qu’il soit devenu lecteur en unschooling à mon plus grand soulagement, il s’est rapidement contenté de BD et de mangas. Jusque tard. J’ai laissé passer le temps, attendant qu’il soit prêt pour plus. Car, je savais qu’il était capable de lire mais il ne le faisait pas ou très peu avec des romans, même jeunesse. Fallait-il attendre, comme le conseille les apprentissages autonomes ? Attendre toujours que ça vienne de l’enfant ou y avait-il aussi dans son environnement un manque ou des obstacles ?

Le problème de la monodiète

Je n’ai jamais mis mon nez dans les livres de mes enfants, je ne l’ai jamais empêché de lire une BD qui ne me plaisait pas trop mais qu’il aimait, me disant qu’il prenait sûrement ce qu’il avait besoin dedans.

Oui, mais… Appliquant les principes d’éducation de Charlotte Mason, je me suis rendue compte qu’il était en pleine monodiète. C’est après avoir lu les réflexions d’Un festin d’idées sur les livres vivants, les lectures libres et les âneries selon Charlotte Mason que j’ai commencé à réfléchir à cela. Et une fois de plus, j’ai l’impression que cette grande pédagogue m’a ouvert les yeux. J’ai trouvé leur article très intéressant et très juste aussi.

Je vous propose de le résumer en 4 points :
– Charlotte Mason n’aimait pas les livres avec des images… (oups)
– Elle pensait même qu’ils étaient la cause des échecs scolaires (double oups)
– Charlotte disait que nous avions tendance à diminuer les capacités intellectuelles de nos enfants et à leur proposer des livres de basse qualité, voire des âneries ;
– Alors qu’au contraire, ils devraient grandir avec le meilleur de la littérature.

Est-ce que mon fils a été entouré de la meilleure littérature depuis son jeune âge ? Non ! Est-ce qu’il a eu des difficultés avec la lecture ? Oui ! Est-ce que le rapprochement est facile ? Oui aussi ! Peut-être que les choses ne sont pas aussi simples et que c’est facile après coup de se dire « j’aurai du faire comme cela ». En vrai, on ne le sait pas vraiment puisqu’on ne peut pas refaire l’histoire.

Evidemment, il existe plein d’enfants qui lisent des BD et des mangas, et qui vont également lire de nombreux romans. Là-dessus, je réponds qu’ils ont un régime varié et que c’est très bien de manger de tout.

Mais mon garçon lui ne se gavait que de bonbons. C’est un garçon plein de joie de vivre, très drôle, qui aime beaucoup faire des blagues et c’est ce qu’il trouvait dans ces BD : de l’amusement, beaucoup d’amusement. Il a un super caractère maintenant mais, avant, il avait aussi beaucoup de mal à comprendre les limites entre la réalité et les BD, ce qui nous a valu des petites complications d’ordre relationnel si vous voyez ce que je veux dire…

Le test sans BD

Le rôle de l’éducateur n’est pas facile. Parfois, il doit prendre des décisions qui apparaissent un peu abusif ou inégal. Mais il doit aussi écouter son instinct.

Et mon instinct me disait, à force de voir Keyo, lire et relire 50 fois la même BD au point de la connaître pour cœur alors qu’il y avait tout un tas de romans sympas et inconnus à sa portée, qu’il fallait que j’essaie un truc.

Alors, comprenez-moi bien. Je n’ai pas fait un test sans BD sans crier gare ou en m’énervant. Je ne les ai pas confisqué pour le punir. Non, je lui ai expliqué ma façon de voir les choses. Je lui ai dis que c’était un garçon extraordinairement drôle et que ses BD lui apportaient beaucoup mais que je trouvais cela dommage qu’il n’utilise pas son temps pour lire aussi d’autres livres, que ces autres livres lui apporteraient beaucoup d’idées pour les histoires qu’il invente, pour ses rêves la nuit et toutes les inventions qu’il aimerait faire plus grand. Je lui ai demandé s’il était d’accord avec l’idée de mon instinct d’essayer pendant quelques semaines d’enlever les BD et les mangas et les mettre dans notre garage. Au début, il a été surpris, il a cru que je voulais vendre ses livres. Donc je l’ai rassuré en lui disant que pas du tout, et que ses BD restaient accessibles s’il tenait vraiment à en relire une, que je ne l’empêcherai absolument pas.

Seulement, j’avais besoin de voir si, sans ses BD et mangas, il prendrait le temps de découvrir des lectures moins faciles mais tellement plus enrichissantes. Il m’a juste dit « d’accord maman, c’est une bonne idée, essayons cela, car c’est vrai que parfois j’ai envie de lire des romans mais je ne sais pas pourquoi, je prends toujours mes BD. »

Le résultat après seulement quelques semaines : il a lu Percy Jackson, Sacrées sorcières, Le petit Nicolas, Robot sauvage… Il a relu Fifi brindacier, Les petites filles modèles, Les farces d’Emil… Il va de temps en temps se prendre une petite pile de BD et de mangas dans le garage pour le plaisir de revoir de vieux potes mais il n’y passe plus toutes ses journées et ses soirées. C’est mon point de vue mais je trouve que c’est plus équilibré maintenant.

Il y a une partie de moi qui se dit que j’ai franchement étais gonflée de faire un truc pareil, que j’aurai pu être patiente et lui faire confiance… Puis il y a une autre part qui se dit que j’ai fait le bon choix, que j’ai bien fait d’écouter mon instinct, que grâce à cela il se « nourrit » mieux. Et puis, je l’avoue j’aime tellement le voir avec tous ces romans autour de lui que je ne regrette pas. Ça a été une décision franchement à l’opposé de la personne que j’étais il y a encore 2 ans mais avec le recul, je crois qu’en tant que parent il faut aussi apprendre à se faire confiance. Nos enfants et l’atmosphère dans laquelle ils grandissent sont différents d’une famille à une autre. Nous sommes les mieux placés pour élever nos enfants, au propre comme au figuré.

Alors, vous en pensez quoi ? Vous auriez tenté un test pareil ? J’aurai pu jouer la carte du minimaliste en vrai mais il fallait que j’avoue ^^

Vous aimerez aussi...

11 commentaires

  1. Merci pour ce beau témoignage inspirant. Vous avez su écouter vôtre instinct et ça a débloqué uns situation qui vous posez problème. Car je trouve important de s’écouter en tant que parent instructeur.

    Mon ainée adore les livres… Surtout avec pleins d’images (oups), à bientôt 7 ans elle commence à écouter plus attentivement des histoires sans images en revanche … La lecture est vraiment la bête noire … Elle n’y arrive pas du tout, elle bloque, elle déchiffre de mieux en mieux mais refuse de lire quoi que ce soit. J’ai essayé l’approche petits livres premières lectures (les sami et Julie) et ça a marché un temps mais elle ne faisait aucun progrès. J’ai du imposer de nouveau le manuel (méthode Fransya, zéro image et progression sans difficulté car toujours sur du acquis). Je ne sais comment me détacher de cette pression que je lui met surement, je sais qu’il lui faut le déclic mais dieu qu’elle met le temps !
    Comment avez vous abordez la lecture ?

    1. Maeva a dit :

      Merci beaucoup ! Oui c’est exactement cela, vous avez trouvé les mots pour me déculpabiliser car je me suis sentie un peu mal avec cette histoire ^^ Pour votre fille, j’essaie de retourner plus de 3 ans en arrière mais ça commence à faire loin. Les Sami et Julie avaient un peu débloqués mais peut-être que votre fille ne les trouve pas intéressant. Une maman sur Instagram disait qu’elle avait réussi à avancer sur la lecture avec sa fille grâce à des paroles de chanson. Charlotte Mason conseillait d’apprendre à lire avec des poésies… Comme quoi ça se rejoint un peu. Il y a du rythme, des rimes, on peut chanter en même temps… Peut-être à essayer ? De mon coté, mon fils ayant appris la lecture en unschooling, on avait fini par l’amener voir une super orthophoniste à ses 8 ans car un peu dyslexique, en 2-3 mois ça allait beaucoup mieux !

  2. Super témoignage. Oui ici de temps à autre on dû faire disparaitre les BD pour que les romans ne restent pas de côté ! (comme elles proviennent surtout de la médiathèque, il suffit de les rendre et ne pas en reprendre !)
    Mamancolorielavie si a 7 ans elle éprouve des difficultés avec un niveau Samy et Julie, c’est une excellente idée de tout reprendre à zéro avec l’excellente et très complète méthode Fransya ! Cependant si cela ne s’améliore dans les trois mois qui viennent, je pense qu’il ne faut pas hésiter à prendre attache avec un orthophoniste pour faire un bilan et vous donner de l’aide.

    1. Maeva a dit :

      Ouf, je ne suis pas la seule ^^ Merci Cécile 🙂

  3. Un besoin de confession ? ;-))

    Etant donné que tu lui as exposé ton idée et qu’il a accepté le contrat que tu lui proposais, de mon point de vue personnel c’est réglo…

    1. Maeva a dit :

      C’est ça, je me confesse xD

  4. TiphaineLP a dit :

    Bonsoir ! J’ai eu aussi cette exaspération devant les BD quand mon ainé a appris à lire … Avec le confinement, c’est revenu car la voisine nous a gentiment prêté un stock de Lucky Luke et Astérix (en plus y en a marre de ces bd qui ne parlent que de mecs !). Il a eu un roman pour son anniversaire en avril et l’a à peine commencé (il faut rentrer dedans me dit-il, donc les bd c’est plus facile ? bah oui … ) tout est dit ! Pourtant c’est un bon lecteur ! Il faudrait que je lui propose ton contrat, en tout cas, c’est chouette de lui avoir exposé ton point de vue et que ça ait été une vraie conversation !

    1. Maeva a dit :

      Et oui c’est bien là le problème je trouve, c’est que c’est de la « nourriture » facile, bien que ce ne soit pas toujours si simple de lire un BD, ça l’est quand même plus que de lire un vrai roman… Il faut essayer pour voir si ça fonctionne aussi chez vous. Si c’est le cas, n’hésitez pas à revenir partager votre expérience 🙂

  5. Carine R. a dit :

    Je viens seulement de lire ton article et il me plait beaucoup, cela me donne envie d’essayer! Mon grand de 11 ans n’a lu que 3 romans seul depuis qu’il sait lire (Geronimo Stilton) et la lecture reste encore difficile (dyslexie), par contre il lit beaucoup de BDs et heureusement il a de nombreuses lectures offertes vivantes depuis sa naissance. Je me disais que l’essentiel c’est qu’il lise (j’ai cru qu’il ne lirait jamais un truc seul pour être honnête vu les grosses difficultés et le blocage à lire) alors le voir lire des Bds, quel bonheur, un miracle pour moi! Il refuse de prendre des romans, même faciles, du coup cela me tente beaucoup de faire comme toi!!! Je vais lui en parler et essayer 🙂

    1. Tu me feras un retour sur tes impressions ? Ce n’est pas facile, on aimerait tellement qu’ils aient accès à tous ces livres et leurs idées mais certains enfants ont besoin de plus de temps que d’autres 🙂

  6. Carine R. a dit :

    Bon je lui en ai parlé, il n’est pas hyper ravi mais je vais quand même essayer, je lui ai proposé de lire un roman (un roman facile!) par mois, à suivre! Oui ce n’est pas évident de faire les bons choix, entre notre idéal de nourriture riche… et notre réalité du quotidien!

Vos commentaires nourrissent mon blog